mardi 6 novembre 2007

Au delà de l'inspiration


Que sont les muses devenues
Qu’advient-il aux âmes
Lorsqu’elles se sont évaporées

Partent-elles laissant traces divines
Une larme ou simples vides
Quand les rimes se sont échouées

Complaintes encore perceptibles
Érato chante son élégie
Mais déjà effleure une autre aura

Avec la chair, l’esprit refait corps
L’envol passé, ainsi laissé sur le terreau
Le trompe-l’œil est achevé

Il ne reste que l’amour
L’amour qui reste pour un « il »
Et l’amour pour une presque-île

Tel est le lot de ceux qui furent touchés par une muse

2 commentaires:

Dianerythmes a dit...

C'est très beau..et à la fois très sombre mais n'est-il pas là le délice de l'écriture?...Il y a tant de choses sous tes mots, "maux"....Je suis impatiente de lire tes autres poésies, et qui sais peutetre que je les chanterai un jour?..si tu le veux bien..:)..
Je le relierai encore ce que je viens de lire, c,est ma façon à moi de bien m'imprégner de toute la profondeur d'une poésie...(silence)...x:)

Eric P a dit...

J'ai relis ton poeme ce soir
Qu'ant un poeme ou une oeuvre vient du coeur, quant c'est fait pour évacuer, pour créer, pas pour pogner ou pour faire de l'argent ces oeuvres me touchent et me va droit au coeur et ce soir ton poeme ma toucher et ma été droit au coeur.


Que sont les muses devenues?
Qu'advient-ils aux ames
l'orsqu'elles se sont évaporées

permet moi de répondre

elles (ames)continuent à créer en pensant au bons moment passés et ceux a venir.

eric