mardi 26 juin 2007

Tambour battant, accueillons Mme Pauline Marois


Malgré mon cynisme des dernières semaines, et parce que c’est la seule solution concrète pour l’heure, accueillons avec allégresse madame Pauline Marois comme chef du Parti Québécois. En effet, réjouissons-nous car ce moribond parti a bien besoin d’une direction claire, si l’on en croit les paroles récentes de notre future « cheftaine ».

À défaut d’avoir une représentation autre que le PQ en chambre pour promouvoir l’idée souveraine de façon plus radicale et efficace, rallions-nous et essayons de créer une stabilité au parti qui peut donner confiance aux indécis. En contrepartie, if faut articuler la vérité sur les enjeux du projet et les potentielles conséquences d’un tel acte. Cessons d’ignorer les probables heurts en usant de séduction à l’eau de rose et faisons face à notre avenir comme société en mettant un peu de côté nos petits besoins individuels. C’est pourquoi je suis heureux de dire que le regroupement des bloggeurs souverains, malgré quelques écarts anodins pour faire de l’argent avec nos commentaires, est probablement un excellent outil pour faire avancer cette idée.

http://plumesouverainiste.com/blogueurs-souverainistes/

Si notre sainte Pauline se démarque un tant soit peu de feu Boisclair et se rapproche de l’idéalisme d’un Landry, la réflexion de cette automne sur la création d’une future république sera bénéfique.

J’ai déjà hâte à la prochaine session parlementaire…

2 commentaires:

La plume souverainiste a dit...

Excellent billet ;) Petite question cependant, qu'entendez-vous par «quelques écarts anodins pour faire de l'argent ave nos commentaires» ?

Julien Fournier Dorion a dit...

Pauline Marois ne « sauvera » probablement pas tous les meubles, c'est un fait. En revanche, elle en rénovera certains, en démolira quelques-uns et en bâtira d'autres.
Finalement, n'est-ce pas de cela dont nous avions besoin?

Dans tous les cas, un changement devait s'imposer, tôt ou tard.

----
Je suis, moi aussi, de ceux qui apprécient l'espace que la blogosphère nous offre pour partager nos visions du Québec de demain.

La diversité des opinions, rapidement accessible, me pousse constamment à réviser mes propres préférences idéologiques.