vendredi 7 novembre 2008

J’ai cherché quelque chose… Je me suis trouvé

Je suis une personne qui veut tout faire; je veux créer des choses, je veux éduquer mes enfants et jouer avec eux, je veux m’éduquer, je veux faire l’amour encore plus souvent, je veux voir mes amis, je veux vivre encore plus, je veux être moi.

Symptôme du vingt et unième siècle, je suis le symbole type de ma génération boulimique de l’émotion et de la performance. Cependant, j’ai décidé de déjouer la dictature de la société en marquant, entre autre, une pause avec le monde virtuel. Or, il n’y a officiellement qu’environ 18 heures par jours où je peux dépenser de l’énergie de façon concrète. Le reste du temps mis à ma disposition, dans un cycle généré par un système solaire comme le nôtre, sert à recharger mon corps et mon âme. Or, je ne perds aucunement l’intérêt de contribuer à mon blogue ou de discuter chez les autres blogueurs. Je n’ai juste plus assez de temps pour pondre des choses intelligentes ou intéressantes, ou qui me permette de continuer à faire avancer ma pensée critique sur une page au lieu de générer du verbiage. Ce n’est pas le syndrome de la page blanche, ce n’est pas de la frustration, ce n’est pas le manque de confiance, le manque de visites virtuelles ou le manque de sujet; C’est le temps qui n’est pas si relatif que ça lorsque l’on gère, dans la vraie vie, un département de recherche, que l’on poursuit une maîtrise, que l’on a deux jeunes enfants et que l’on essaie de ne pas trop prendre de poids.

Je veux constater combien je suis vivant en dehors de l’écran; Ne pas juste dire que j’aime la musique, mais continuer à la vivre, l’écouter, la faire; Ne pas juste dire que j’aime la politique, mais la faire pour vrai, l’influencer pour vrai, avec du vrai monde; Ne pas juste demander à mes amis de lire mon blogue mais de les faires venir chez nous et de discuter pour vrai, prendre un verre, échanger et lire dans les yeux de l’autre si j’ai tord ou s’il est d’accord.

Ainsi, ma pensée est libre mais « La libre pensée de la Seigneurie » n’est pas si libre que ça. Elle à ses contraintes; des contraintes extérieures, justement parce que je vis en société. Mais je ne veux pas que ce soit la société ou un monde virtuel qui me meuve. Je veux faire parti de la société tout en restant libre, en limitant ou contrôlant les contraintes imposées par l’extérieur. Cela demande de faire des choix. Je cesserai donc de publier des textes dans la blogosphère pour un moment. Je ne suis pas le premier à faire ça, je ne serai pas le dernier. Je ne ferme pas mon blogue, je ne fais que le laisser traîner là, comme une trace de mon passage dans un monde étrange, souvent agréable mais quand même un peu froid. Si cette même trace se rempli de poussière jusqu’à en devenir invisible et oubliée, je n’en ressentirai aucune peine. Est-ce que je reprendrai les commandes de mon fief virtuel un jour? Je ne sais pas. Ce n’est pas important. Mon blogue est un outil d’émancipation. C’est un moyen, pas une fin. Mon blogue n’est pas mon travail. C’est un divertissement. Lorsque ce divertissement devient une obligation, je me vois dans l’obligation de revenir à la base. Je dois contrôler le médium, et non l’inverse.

Je ne peux que vous saluer bien bas et vous dire au revoir avec un petit pincement éphémère. En effet, je me permettrai, de temps à autre, de passer chez les blogueurs qui m’émeuvent, me font rire ou réagir comme Diane (qui à été et est toujours une muse pour moi), Nicolas Racine (la plaine plus que fertile qui m’ait été de connaître), Lutopium (mon frère d’arme), Renart (l’exemple à suivre), Noisette (une énergie contagieuse), Louis (celui qui mettait mon intelligence au défi), Perséphone (délicieux endroit pour mon hémisphère droit) et les autres qui m’ont vu passer. Il est possible qu’un poème ou une critique de disque apparaisse abruptement en mon château, mais ce sera au gré des émotions ou des saisons. Je ferme la porte mais la pièce reste là. J’y reviendrai, comme on revient dans nos souvenirs ou simplement pour continuer à faire vivre ce médium que je considère comme un des bons moyens pour grandir intellectuellement.

Comme le chante si bien Patrick Watson dans sa merveilleuse et triste élégie « The great escape », je cherchais une échappatoire; Je l’ai eu. Maintenant je me retrouve.

À bientôt!
Sir Seb

8 commentaires:

Louis a dit...

Salut! Bonne continuité et on ne lâche pas!

Perséphone a dit...

Sir Seb! Que dire.... votre sagesse m'émeut. Votre équilibre fait luire une belle lumière. Très heureuse d'avoir partager avec vous. Vous serez toujours bienvenu chez moi. xxx

lutopium a dit...

Salut. Le monde virtuel est intéressant mais la réalité est passionnante. Vis à fond! On se reverra, c'est certain!

Je te souhaite tout ce qu'il y a de mieux. Prends grand soin de toi et de tes proches.

Sincèrement,

J

Nicolas Racine a dit...

Dommage que tu quittes ainsi.

Tu es toujours le bienvenu dans mon petit coin de la blogosphère.

Cheers.

Renart L'éveillé a dit...

Je te salue bien haut mon cher! Désolé pour le petit délai, je reviens à peine d'un petit voyage dans la réalitosphère, où mon environnement physique change du tout au tout. Changement de ville, changement de vie, un peu comme toi.

À une prochaine fois alors, sous quelque forme que ce soit!

Dianerythmes a dit...

(silence)
Pourquoi je verse une larme là comme ça?
Je suis très émue, une muse ne s'a 'muse' point en ce moment, cette 'muse'-amusée souhaite profondément encore vous servir d'a 'muse'-gueule pour que votre âme se délecte encore et encore de ce parc d'a 'muse' ment qui habite mon coeur!

Je serai toujours là...(silence)
Votre muse-amusée xox

anarchopragmatisme a dit...

Bon renouveau!

J’invite les lecteurs-blogueurs à joindre ce regroupement de blogueurs anti-Charest:

http://lequebecdedemain.dansmonblog.com/Premier-blog-b1/NON-a-la-charogne-soi-disant-liberale-du-Culbec-b1-p59422.htm

DÉFAIRE JEAN CHAREST D’ABORD, OUI!

Dianerythmes a dit...

Un petit présent pout toi sur ma page...juste pour toi bel ami.(silence)xox