mardi 16 octobre 2007

Enfin la rentrée à Ottawa... (burp...)


Encore une rentrée à Ottawa qui s’annonce houleuse. Je vais laisser les analyses profondes à mes collègues des blogues souverains (voir ci-contre). Mon analyse de ce qui s'en vient se fera plutôt par l'entremise d'un écrit de Jacques Prévert. Pour ne pas trop abimer le vrai sens de cette poésies, faites le vide et laissez vous portez simplement par les images qu’elles évoquent.

C'est fait?

Ensuite, faites une analogie avec ce qui se passera bientôt à Ottawa avec les, Dion, Harper et Duceppe. Nous sommes les fleuristes, vers quoi nous porterons notre attention dans de probables élections? Vers l’homme, les fleurs ou l’argent… Comme disent-si bien les « chinois », Food For Thought. (Oups, j’ai omis de mentionner Layton? Signe des temps?)

**************************
Chez la fleuriste

Par Jacques Prévert


Un homme entre chez la fleuriste
et choisit des fleurs
la fleuriste enveloppe les fleurs
l'homme met la main à sa poche
pour chercher l'argent
l'argent pour payer les fleurs
mais il met en même temps
subitement
la main sur son coeur
et il tombe

En même temps qu'il tombe
l'argent roule à terre
et puis les fleurs tombent
en même temps que l'homme
en même temps que l'argent
et la fleuriste reste là
avec l'argent qui roule
avec les fleurs qui s'abîment
avec l'homme qui meurt
évidemment tout cela est triste
et il faut qu'elle fasse quelque chose
la fleuriste
mais elle ne sait pas comment s'y prendre
elle ne sait pas
par quel bout commencer
Il y a tant de choses à faire
avec cet homme qui meurt
ces fleurs qui s'abîment
et cet argent
cet argent qui roule
qui n'arrête pas de rouler.


******************************

1 commentaire:

Dianerythmes a dit...

Oh!Il y en a plusieurs personnes qui auraient besoin de lire ce texte à haute voix et ce à plusieurs reprises...(silence)..;)